Parce que chaque piège a surtout une solution, pense à lire chaque section ! C’est là que se trouve l’essentiel de cet article !

1. Commencer trop fort

Ultra motivé-e, tu te dis : « cette fois-ci c’est la bonne, je veux me remettre en forme! » C’est alors que tu décides de t’entraîner pas 3, pas 4, mais même 5-7 jours par semaine. Quelques semaines plus tard boom, l’énergie est dans les talons, hop un rhume, et alors rien ne va plus, tu perds toute ta belle motivation et tu cesses tout ce que tu avais entrepris.

Ceci n’est qu’un exemple classique que je vois malheureusement trop fréquemment chez des personnes qui reprennent l’entraînement trop intensivement dès le début.

Rappelle-toi de ceci : l’idée est d’adopter l’entraînement/l’activité physique dans ton mode de vie, que ça devienne une habitude plaisante! Finis la torture, les supplices et la culpabilité, et surtout, finis de vouloir tout faire d’un coup du jour au lendemain.

Acquérir une nouvelle habitude de vie durable à plus long terme nécessite d’être progressif et réaliste. Progressif autant dans la fréquence, que dans la durée et l’intensité des séances. RECOMMENCER PROGRESSIVEMENT, MAIS SÛREMENT. S’OFFRIR DES PETITS SUCCÈS ASSURÉS. Au fur et à mesure de ton progrès, tu auras alors de la marge et de la motivation pour poursuivre tes améliorations et augmenter les paramètres de tes entraînements.

 

2. Faire comme avant…!

Et voilà que ça fait déjà 2, 5, 10, 20 ans que tu ne fais plus d’activité physique ou presque? Et bingo, tu décides de reprendre ton ancienne méthode d’entraînement d’il y a jadis! Par exemple, tu fais grosso modo ce que tu connais, c’est-à-dire, les mêmes exercices qu’avant. Tu tentes le même nombre de répétitions, peut-être même en essayant les mêmes charges qu’avant. Tu coures à la même vitesse, la même durée qu’avant… Puis, catastrophe! Tu te mets à avoir mal partout ou à te décourager en te disant que tu n’es plus celui/celle que tu étais à l’époque.

Ce scénario, je l’ai souvent entendu lui aussi. Ta réalité de vie a probablement changé depuis jadis, et toi aussi d’ailleurs. Ton corps et toi avez certainement de nouveaux besoins ou plutôt devrais-je dire… des besoins différents.

TA FORMULE D’ENTRAÎNEMENT DOIT S’ADAPTER À TES BESOINS D’AUJOURD’HUI, MAINTENANT. Sois plus patient envers toi. Le corps humain est fabuleux, il a la capacité de s’adapter et de s’améliorer quand on le traite avec respect. C’est-à-dire lorsqu’on a de son corps et soi-même des attentes réalistes et progressives.

 

3. Se donner trop d’objectifs à la fois

Ça y est, c’est l’année des changements. Tu veux peut-être bouger plus, manger mieux, commencer à méditer, mieux concilier ton travail et ta famille, etc., etc., etc.

Tous tes objectifs sont certainement très valables et peut-être que tu arrives même à faire plusieurs changements à la fois. Toutefois, ce n’est pas le cas de tout le monde.

Certaines personnes viennent à ne plus savoir où donner de la tête. Elles travaillent sur tout en même temps, mais n’arrive pas à rien mettre en place de façon durable. Pour certains, ça peut même nuire à leur estime de soi, car ils ont l’impression d’être en situation d’échec dans le processus.

Commence par écrire tes objectifs et priorise-les en indiquant un numéro devant chacun. En priorité, choisis un changement qui te semble réaliste au quotidien, celui que tu te sens capable de mettre en pratique dès maintenant 1 OBJECTIF RÉUSSI VAUT MIEUX QUE 3-4 « BUTCHÉS» ! En plus ça te placera en situation de succès, c’est motivant pour la suite ! Une fois que tu auras bien mis en place ce premier objectif, passe au suivant en t’assurant qu’il sera réaliste de maintenir le premier objectif que tu avais réussi en même temps.

 

4. Démarrer sans plan d’action

Imagine que tu fais construire une maison et que le constructeur arrive sans aucun plan. Ou encore, qu’un navigateur part pour une traversée de l’Atlantique sans aucune carte, ni outils de mesure pour s’orienter. Pas sûr qu’ils arriveraient au bout de leur projet!

Un plan, c’est une façon de mettre nos idées en place. De savoir où on veut aller et surtout comment on va y aller. De s’assurer que notre projet est RÉALISTE pour notre réalité de vie.

Ça permet de voir les choses d’une autre perspective et de se préparer à d’éventuelles tribulations… Parce que même la mer n’est pas toujours lisse! Identifier d’avance quels seront nos défis et quelles seront les solutions pour les surmonter est un élément essentiel du plan.

Parfois, certaines personnes sont réticentes à faire un plan. Elles me disent qu’elles ne veulent pas se sentir obligées, un peu comme la peur de s’engager envers soi-même. Un plan, ce n’est pas figé dans le béton. Ce n’est pas un contrat de mariage. Ça ne doit pas être perçu comme un stresseur additionnel. Un plan c’est à l’inverse flexible et doit être révisable lorsque notre situation change. C’est un outil de plus pour aller vers la bonne direction tout simplement !

 

5. Oublier de consulter un professionnel de l’activité physique ! OOPS !

Oui je sais, il y aura toujours certaines personnes qui y arriveront sans plan et sans aide, ça se peut. Mais…

Si toi tu as essayer plusieurs fois sans succès, que tu n’es pas certain si les exercices que tu fais soient bons pour toi ou si tu les exécutes de la bonne façon, que tu as l’impression de tourner en rond et faire constamment la même chose, que tu te sens perdu-e ou intimidé-e face à l’entraînement, ou encore que tu manques de soutien et de motivation pour y arriver…

Ça vaut la peine d’investir dans toi et ta santé, et de consulter enfin (Alléluia!) un-e professionnel-le spécialiste de l’activité physique!

 Je suis kinésiologue et je suis là pour t’aider dans ce nouveau mode de vie! Au plaisir de bouger ensemble!